Warning trading, peu de chances de récupérer votre argent, mais 100% de chances de payer leurs services

Warning trading, peu de chances de récupérer votre argent, mais 100% de chances de payer leurs services

23 mars 2020 0 Par Gaetane

Les escroqueries au trading sont légion sur internet. Il s’est passé une décennie depuis que l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) attire l’attention des épargnants sur les innombrables arnaques mises en œuvre sur Internet. Les courtiers illicites amassent de grandes sommes avant de disparaître dans la nature. Les spécialistes reconnaissent la difficulté majeure de récupérer les sommes perdues, aussi conséquents soient les efforts fournis. A contrario, Warning Trading (WT) se montre plus optimiste en affirmant que la restitution de fonds est toujours possible pour peu qu’on sollicite Nicolas Gaiardo et ses associés. Faut-il, cependant, y voir une lueur d’espoir ou une arnaque déguisée ? 

Présentation succincte de Warning Trading

Lorsque l'on visite le site de Waring Trading, on peut lire qu’il s’auto-proclame « portail d’information indépendant ». Il faudrait comprendre par là que sa mission consisterait à informer les investisseurs sur les coulisses du Trading et aider par ailleurs les victimes d’arnaques à récupérer leur argent. En effet, Broker Defense, édité par WT, se propose de traquer les sociétés frauduleuses et les courtiers immoraux afin de rendre aux épargnants dupés leurs économies. 

Si l’on s’arrêtait là, on se dirait que WT est indubitablement animé par une détermination philanthropique et humaniste. Elle agirait donc pour le bien des autres et le droit des opprimés ? Pas tout à fait, nos investigations révèlent tout l’inverse. N. Gaiardo, fondateur de WT, Broker Defense et Check and Pay, ne serait pas ce preux chevalier au service des victimes mais un homme d’affaires avide de pouvoir et d’argent

Broker Defense et Check&Pay : le gain avant tout ?

Quand on se penche sur le parcours de N. Gaiardo, on découvre un fil rouge assez frappant : la recherche systématique du gain facile. De fait, toute sa carrière est rythmée par une course effrénée au profit. D’ abord en tant que trader, il voulait s’enrichir rapidement jusqu’à ce qu’il fasse une mauvaise rencontre : un faux courtier lui aurait extirpé 30 000 € en 2010. De là, il fit une reconversion inattendue en jouant les promoteurs pour un certain nombre de brokers. Moyennant des paiements, il leur consacre des écrits élogieux sur son site. Mais ce business n’a pas véritablement porté ses fruits. C’est la raison pour laquelle il a décidé de proposer d'autres services.

Broker Defense

 

Ce service mis au point par N. Gaiardo serait dédié à la résolution de litiges financiers. Les victimes d’arnaques trouveraient là une main tendue censée les accompagner dans la restitution de fonds perdus. Pour ce faire, Gaiardo leur impose de récupérer à titre de paiement 20% du montant global récupéré.  Beaucoup d’investisseurs abusés, se trouvant dans une détresse financière et psychologique, y cèdent tout en étant conscients qu ce montant reste conséquent. Outre cette excessive commission, il impose un acompte HT de 990 € prévu pour recouvrir les frais de dossier et la procédure de récupération. 

Check and Pay

Toujours au mépris de tous les préceptes moraux, Gaiardo et son associé Marc Bouzy, aveuglés par l’appât du gain, proposent le service payant Check and Pay. Celui-ci est destiné prioritairement aux traders néophytes auxquels ils livreraient des renseignements supposément déterminants pour affiner leurs stratégies de Trading et éviter tout risque d’arnaque. Pour bénéficier de ces précieux conseils, il faudrait débourser près de 1000 €

Comble de l’ironie ; les informations mises à disposition des traders sont en libre accès en ligne. 

Pourquoi vous auriez tort de faire confiance à WT ?

En menant l’enquête sur le fonctionnement interne de Warning Trading et ses relations externes, nous avons été déroutés par nos découvertes. 

Voici quelques points : 

  • condamnation de nicolas gaiardo en 2007 Le principal fondateur de WT n’est pas vierge de tout passé judiciaire. En effet, N. Gaiardo a été condamné en 2007 pour escroquerie en bande organisée. Ci-joint la preuve irréfutable. 
  • WT ne peut pas se prétendre « portail d’information indépendant » en ce sens qu’il ne produit pas du contenu journalistique et impartial pour éclairer sur les réalités boursières et l’univers du Trading. Bien au contraire, c’est un site qui regorge de services payants destinés à faire recette. 
  • Toutes les sociétés de Gaiardo ( et de son associé Marc Bouzy) se trouvent en Bulgarie. Il est normal de se demander pourquoi vivre et installer ses sociétés en Europe de l'est si l'un des objectifs est de venir en aide à des clients français. Faire des économies sur le personnel employé serait donc la priorité pour Gaiardo?  La nationalité n'est pas le seul problème, il est important de souligner que tout litige avec l'un de ces services sera soumis à la loi bulgare.
  • A tout cela s’ajoute le fait que WT, comme signalé plus haut, faisait le promotion des brokers désavoués par la suite par les instances compétentes que sont la SyCec et l’AMF. C’est ainsi que le courtier véreux FXCM, se trouvait immodérément vanté par Gaiardo. Le coût de cette promotion peu éthique : 1500 € HT/ an. 

Gaiardo bâillonne ses détracteurs

Gaiardo a tout intérêt à ce que les révélations exposées plus haut ne se sachent pas. Pour conserver son commerce et continuer à berner d’autres victimes par de fausses promesses, il n’hésite pas à saisir la justice à outrance. En effet, il tente par tous les moyens de museler ses adversaires légitimes. Contentons-nous de deux exemples : 

  • Son combat contre Deontofi.com : c’est le journaliste Gilles Pouzin qui est à la tête du site Deontofi.com ; consacré à la déontologie financière. Il fut l’un des premiers à avoir exprimé de sérieuses réserves sur les intentions inavouables de WT et de son fondateur. Depuis, Gaiardo le traîne continuellement sur les bancs de la justice au motif d’une concurrence déloyale. Dans ce sillage, il a également intenté des procès à Youtube et Facebook. Trouvez ici le fin mot de cette histoire. 
  • Ses pressions pour supprimer une vidéo BFMTV : Gaiardo a également fait subir à la chaîne BFMTV Business des pressions continues pour qu’elle supprime de son site une vidéo où l’on conteste la légitimité de WT.